Casual gaming, hardcore gaming, vrais et faux jeux et puis quoi encore ?

C’est en 2007 que l’utilisation du terme « casual » a explosé sur les forums de jeux vidéos. Employé à tort et à travers, pour souvent désigné de manière péjorative des jeux avec des concept de gameplay différents.
Plus récemment on a commencé à lire des commentaires qui parlent de vrais et de faux jeux, ou encore de low gaming, no gaming, et autres appellations douteuses…
Ces termes sont rentrés dans le langage des gamers, et je dis l’avouer me gonflent à chaque fois que je les croise.

Le casual gamer

Le casual gamer est un joueur qui joue de manière occasionnelle, a des jeux pas forcément compliqués, et qui ne fait pas forcément de grandes sessions de jeu, on le met souvent en opposition avec le hardcore gamer qui est censé passer tout son temps sur des jeux très compliqués.

Jusqu’ici pas de problème, je pense être un casual hardcore gamer, je joue bien moins que quand j’étais un collégien, pas de doute, mais je joue aussi à tout type de jeu, compliqués ou non.

Là ou plus rien ne va, c’est quand on utilise ce terme désigner des jeux, les « Casual Games ».
Comment un jeu pourrait-il être intrinsèquement « casual » ? Son système nous forcerait à y jouer occasionnellement, et pas trop longtemps ?

Il y a bien des jeux pensés pour faire de courtes parties, des jeux à énigmes comme les Professeur Layton, des jeux ou on peut faire facilement des sauvegardes à tout moment, les puzzles games, mais rien ne nous empêcher de recommencer une partie, voire de les finir en une partie bien hardcore de plusieurs heures… On pourrait aussi parler des shoot’em up avec des durées de vie parfois très courtes, et pourtant personne n’oserait dire qu’un manic shooter fini en 12 minutes et un jeu casual !

Prenons un genre considéré comme cusual, dans pas mal de social games on nous donne un nombre de points pour faire des actions, quand le compteur tombe à zéro, il faut attendre qu’il se remplisse à raison d’un point toutes les 5 ou 10 minutes. Une fois le compteur vide, on devrait s’arrêter, et revenir plus tard, quand le compteur sera rempli, on pourrait se dire que le système semble forcer les joueurs à faire de courtes sessions. Mais si on regarde de plus près, le jeu propose tout un tas de possibilités pour regagner des points d’actions, comme aider des amis, passer des niveaux, ou dans les cas vraiment désespérés en acheter avec du véritable argent.
Et si on regarde le comportement des joueurs, certains sont capable de jouer tous les jours, et plusieurs fois par jour. On ira pas jusqu’à parler de hardcore social gamers, mais on est quand même loin de la petite session de jeu occasionnelle dont on parlait plus haut.

En fait, casual ne veut pas seulement dire jeu occasionnel, si on cherche des définitions sur internet, on peut lire qu’un casual game peut être un jeu avec des règles simples, un jeu avec une difficulté assez réduite.
Le problème c’est qu’on peut appliquer ce genre de définition à tellement de jeux… Un FPS peut avoir des règles assez simples, et la difficulté est parfois particulièrement réduite, le joueur est pris par la main, on a les continus infinis, et il n’est pas rare d’avoir un découpage du scénario avec des milliers de check point permettant de faire de courtes sessions,  et si on prend un cas extrême comme Call of Duty : Black Ops Declassified, la durée de vie du mode solo n’excède pas 45 minutes d’après les tests… Ce type de jeu est avant tout pensé pour le multi « hardcore », mais on lui ajoute un mode solo « casual » alors ?

En fait ce terme casual, c’est surtout utilisé pour dénigrer certains jeux ou certaines machines, et par la même occasion les joueurs.

La Wii en a particulièrement fait les frais, mais globalement les supports « non classique » de jeux comme les tablettes tactiles, Kinect, le PSMove (le quoi ?), ou autre, ont souvent été pointés du doigts pour être fait pour les casuals.

La Wiimote proposait de nouvelles possibilités intéressantes, et des concepts de jeux à plusieurs qui ont attiré le grand public, une bande de curieux qui avait envie de jouer, et qu’on a vite appelé les « casual gamers ». Le parc de consoles installés grandissant, de nouveaux éditeurs mais également les anciens qui n’ont aucun scrupule, ont commencé à fournir des jeux de piètre qualité, visant ce nouveau public près à se faire plumer pour tester avec ses potes un jeu qui sera une bonne grosse bouse.
L’AppStore d’Apple est un formidable fournisseur de jeu qu’on appelle casual, parce qu’on y joue pas longtemps, mais pourquoi les appeler casual ? Parce qu’en fait ils sont mauvais, on y joue pas occasionnellement, on y joue une fois, et puis plus jamais après.

Les casual gamers se retrouvent donc à jouer régulièrement à des jeux mauvais, qu’on a commencé à appelé casual game, alors qu’au départ on ne parlait que du comportement des joueurs…

En dénigrant les jeux et les machines, ce qu’on cherche c’est dénigrer les personnes qui y jouent, plutôt que de les aider à découvrir les vrais bons jeux. Si un joueur se fait trop avoir, soit il apprendra à choisir ses jeux, soit il lâchera l’affaire et ira se trouver une autre passion, c’est dommage ça fera moins d’argent pour cette industrie…

Les vrais et les faux jeux, bienvenue dans un univers différent

Et donc là on rentre dans le surréaliste.
Quand on tombe sur un type qui parle de « vrai jeu », bon au départ on laisse couler, il parle d’un jeu pour hardcore gamers, ou qu’il considère plus dignes que d’autres pour des raisons complètement subjectives, mais quand un gars commence à parler de faux jeu, c’est quoi le concept ? C’est tiré d’un bouquin de Philip K. Dick ?
Tu commences une partie en appuyant sur start, tu arrives face au premier boss, et puis d’un coup tu te rends compte que la télé n’est pas allumée, qu’il n’y a pas de console, et que tu as appuyé sur un bouton de ton autoradio parce qu’en fait t’es dans ta voiture ?

Quand on demande la définition d’un faux jeu, on tombe pas loin du casual game, mais on peut aussi lire en vrac que c’est un jeu qui ne se joue pas avec une manette, donc si vous jouez avec un clavier et une souris vous jouez pas en fait, un jeu de flingue pareil…
Vous jouez à Sin and Punishment avec la Wiimote ? Désolé les gars, vous jouez pas ! Par contre, vous branchez la manette classique le jeu est moins jouable ok, mais au moins là c’est un vrai jeu…
Je parle même pas de Kinect, les gars rien dans les mains vous êtes dans une illusion totale, un rêve, mais clairement pas une partie de vrai jeu vidéo.

J’ai aussi pu lire qu’on traitait de « faux jeu », un jeu ou il n’y a pas de fin… Un jeu ou on joue pour le score… Comme Space Invader entre autre ?

Ouais je sais, ça fout un coup.

Plus sérieusement, si je devais trouver un sens à tout ça, je pense que je ferais comme pour « casual », qui pour moi ne parle que d’un type de joueur et pas de jeu, et donc je parlerais de vrais et de faux joueurs, ceux qui s’amusent, et ceux qui farm par exemple. Mais là encore, il y a des joueurs qui s’amusent à farmer pendant des heures…

Non vraiment, tous ces termes sont ridicules… Faut arrêter avec le bullshiting !

Share Button

2 réflexions au sujet de « Casual gaming, hardcore gaming, vrais et faux jeux et puis quoi encore ? »

  1. Bah c’est bon alors, je peux rassurer ma mère et lui dire qu’au lieu de faire mes devoirs quand j’étais gamin, je ne jouais pas.

    Ces termes de faux-jeux ça fait maintenant partie de la panoplie du troll next gen. Dans cette idée, tu as le terme « alt » pour « alternative player » pour désigner un mec qui n’a pas beaucoup de messages sur le forum officiel du jeu. Comme si les vrais joueurs étaient ultra actifs sur les forums. Eh ouais mec, on est pas à la page !

    Je sais pas si dans cette guerre on peut lutter. A notre niveau et à notre age on peut juste se contenter de dire « c’est d’la merde ».

    Tiens, pour finir une petite praline. Imagine une discussion sur un forum qui s’emballe un peu sur un sujet plus ou moins intéressant. Bah tu peux être sur qu’au milieu tu auras au moins un mec qui n’aura rien à dire mais qui se sentira l’envie de poster un truc débile genre :
    « Gangnam Style ! »
    Tu sais pas pourquoi, tu vas chercher et tu trouveras jamais la raison mais il l’a fait. Et le pire c’est que des mecs vont mettre des +1 et lol et tout ce que tu veux. Aucun rapport, rien.

    nb : cette démonstration marche avec n’importe quelle vidéo à la mode chez les teubégeek comme le roskov qui chante « trollollollololollo » pendant 3 minutes.

    On dévie un peu du sujet mais je pense que c’est lié vu que le terme de faux jeux est apparu sur les forums pour ensuite être balancé dans tous les sens (comme tu dis dans ton intro).

Laisser un commentaire