Xbox One : Le jour d’après

Trois mois après Sony, c’était donc au tour de Microsoft de nous présenter sa prochaine console le 21 mai 2013, on a pu la voir en vrai, alors que du côté de Sony, c’est encore un peu flou, mais cette fois ci, je vais m’attarder sur tout ce qui a pu se dire après cette conférence.

Car la plupart des informations intéressantes et qui ont beaucoup fait parler ne viennent pas de la conférence, mais de ce qui s’est dit après. A partir du 21 mai, c’est un peu parti dans tous les sens dans les médias, entre rumeurs, interviews, extrapolations, incompréhensions, et démentis de la part de Microsoft, on a pu tout lire…
Le titre de l’article est tout de même un peu mensonger, car ce n’est pas vraiment le jour d’après, certaines de ces infos sont même sorties avant, et d’autres seulement quelques heures après la conférence, mais bon si vous saviez à quel point c’est difficile de trouver un bon titre…

Je vais essayer de faire le point sur ce qui me semble important dans tout ça, au niveau de certaines fonctionnalités et particuliarités de la Xbox One, des choses parfois visiblement déjà prévues et d’autres qui pourraient arriver…

Installation obligatoire des jeux

Vu la taille des jeux, ça me semble presque impensable de faire autrement.

On fait ça sur PC depuis un des années, et franchement, c’est tellement plus confortable depuis que c’est possible sur Xbox 360 que je ne vais pas me plaindre. Encore moins quand je me rappelle de certains jeux PS3 qui peuvent avoir des temps de chargement de plus de deux minutes, comme Motorstorm Apocalypse ou j’ai cru que la console avait planté.

On espère juste pouvoir utiliser des disques externes facilement, parce que les jeux sont de plus en plus volumineux, et même avec un disque dur intégré de 500 Go, à grand coup de films, de démos, et de jeux, on sera rapidement en manque de place.

Code unique, authentification en ligne

L’activation en ligne, ce n’est pas étonnant. Les éditeurs ont cherché tout un tas de méthodes pour essayer de ralentir le piratage de leurs jeux, et l’activation en ligne sur PC est un phénomène de plus en plus fréquent, obligeant même les joueurs qui veulent faire un mode solo d’un jeu à se connecter, comme c’est le cas avec Diablo 3 par exemple.

C’est assez logique qu’une société qui vend l’OS principalement utilisé sur PC par les gros gamers, s’inspire de ces méthodes.

Qu’est ce que ça implique d’activer son jeu avec un code unique ?

Comme l’explique JVN.COM, on achètera un jeu, un code sera présent sur le disque, la console se connectera pour authentifier le jeu, et tous les utilisateurs de la console pourront y jouer. Rien de nouveau nous dirons les joueurs PC.

Mais pour les joueurs console, ça change quelques habitudes, et surtout il y a plein de questions qui reste en suspens.

Occasion, oui ou non ?

Autant le dire de suite, on peut lire des choses très différentes suivant les articles.

Parmi tout ce que j’ai lu, c’est sur le site Polygon.com que j’ai trouvé ce qui avait l’air le plus crédible.

Comme nous l’avons vu, le code sur le Blu Ray vous permet d’authentifier le jeu, si vous décidez d’aller jouer chez un ami, il faudra donc l’installer sur cette nouvelle machine, et le jeu s’authentifiera sur internet grâce au disque. A ce moment précis, il sera alors impossible de lancer le jeu depuis l’installation faite sur votre propre console tant que vous n’aurez pas remis le disque dedans pour à nouveau l’authentifier.

MAJ 30/05/2013 : On peut lire sur plusieurs autres sites que le jeu est lié au compte Xbox Live, je trouve étonnant le choix de devoir venir avec ses identifiant quand on prête un jeu, et ce n’est pas ce qui est dit sur le lien que j’ai cité comme source, qui semble dire que le prêt est bien plus envisagé de manière presque classique, puisqu’il faudra quandmême être connecté pour valider le jeu. On attend de toute façon les confirmations.

Si on s’en tiens à cette explication, il serait donc possible de prêter un jeu, mais aussi de le revendre, et à priori sans frais supplémentaires.

Mais dans cet article de Gamekult, et dans celui d’Eurogamer, il est question de faire payer le magasin qui vous revend un jeu d’occasion, et là je ne comprends pas bien comment ça fonctionne.

Si un magasin doit payer quelque chose pour revendre un jeu, il doit en être de même pour un particulier qui revend un jeu à une de ces connaissance ? Mais à quel moment doit-il payer ? Si le cas expliqué plus haut est vrai, lorsqu’il prête un jeu il ne paye rien, et dans le cas d’une revente c’est la même chose sauf qu’il prête son jeu pour toujours en quelque sorte…

MAJ 30/05/2013 : Sur ce point, le site terredejeux.net a mené une petite enquête auprès d’un revendeur qui aurait reçu un pré-contrat de la part de Microsoft, ce revendeur explique qu’il faudrait qu’un revendeur à qui on rapporte un jeu passe par un logiciel pour indiquer le jeu, et le gamertag, afin qu’il soit bien supprimé du compte, et ensuite il nous dit aussi que visiblement la vente d’un jeu d’occasion ne lui rapporterait que 10% du prix, si on croise avec ce qu’on a pu lire sur tout un tas d’autres sites, le reste de la somme serait distribué à l’éditeur, mais aussi à Microsoft.
On peut se demander comment un particulier ferait pour revendre son jeu sans avoir ce logiciel… Là encore tout ça reste à confirmer.

Microsoft semble encore en train d’y réfléchir, lors de ces déclarations Phil Harrison nous parlaient de « scénarios possibles ».

J’attends vraiment de voir quelle solution sera choisie pour Microsoft, mais aucun doute qu’ils veulent faire quelque chose pour contrer le marché de l’occasion, on n’a pas fini d’en entendre parler !

Une dernière chose non négligeable pour terminer sur le sujet…

Ce système d’authentification peut potentiellement rendre un jeu complètement inutile. En effet, le jour ou les serveurs d’activation seront coupés, il sera impossible de valider le jeu et d’y jouer.

Si la prochaine console de Microsoft n’est pas rétrocompatible, on n’aura plus qu’à jeter tous nos jeux à la poubelle…

MAJ 30/05/2013 : Je vous renvoie à nouveau sur terredejeux.net qui a lors de son enquête aussi entendu dire que les jeux serait sur des CD, et que le contenu se téléchargerait. Je n’ai lu ça nulle part pour le moment et je n’y crois pas vraiment, mais si ça s’avère exact, ça veut dire qu’on achète un disque sans jeu, et ça forcerais une connexion de qualité pour pouvoir jouer à son jeu sans trop attendre…

Share Button

2 réflexions au sujet de « Xbox One : Le jour d’après »

  1. Ping : Xbox One : Résumé avant l’E3 | Gamedaba

  2. Ping : Xbox One : compte rendu de la conférence « Bad Neighbor – Clan PvP

Laisser un commentaire