Jeux et contenus téléchargeables : La grande dématérialisation !

Voila un sujet qui revient régulièrement dans les conversations entre passionnés de jeux vidéos, et dont je veux parler depuis que Gamedaba existe.

Si les jeux dématérialisés existent depuis bien plus longtemps qu’on ne le pense, ça ne fait que quelques années que le fait d’acheter et de télécharger un jeu sur internet s’est banalisé. Le phénomène a pris bien plus d’ampleur avec les supports mobiles, à tel point qu’aujourd’hui on n’a aucun mal à voir une machine sortir sans aucun lecteur pour un quelconque support physique.

Le passage au tout dématérialisé est pratiquement ineluctable, et ne se fera pas sans victimes.
Je pourrais me contenter de dire : « Le dématérialisé c’est le mal ! », mais je ne suis pas si manichéen en réalité, et puis ce n’est vraiment pas mon genre de faire aussi court !

1981 : Des début difficiles

Vous ne le savez peut-être pas, mais la première console a avoir offert la possibilité de télécharger des jeux était l’Intellivision avec le service en ligne PlayCable en 1981, le système ayant été testé à partir de 1979.
A l’aide du PlayCable adapter, et en passant par le simple câble antenne, les gamers de l’époque pouvaient déjà télécharger des jeux. L’argument de vente était simple : «Avec PlayCable, vous paierez vos jeux moins cher ! », comme le montre cette publicité d’époque.

C’est pourtant à cause du prix, mais aussi de la limitation de la mémoire que cet accessoire n’a pas vraiment été un succès commercial, et qu’il a été arrêté en 1983.

À peu près à la même période, Atari a également tenté le coup avec la cartouche GameLine pour Atari 2600 qui ce coup ci se branchait sur la ligne téléphonique, les jeux était rapidement téléchargés, mais ne pouvait être joué qu’un certain nombre de fois, il fallait payer à nouveau pour rejouer. Ce système a disparut également en 1983, il ne faut pas oublié que c’est cette année qu’a eu lieu le fameux krach du jeu vidéo aux États-Unis.

Gameline Atari 2600

Cartouche Gameline pour Atari 2600
Source : 8-bitcentral

Du côté de Nintendo, il y a eu un modem pour la Famicom en 1988, le Family Computer Network System, qui permettait de faire des achats en bourse, des transactions bancaires, et on pouvait – via le service Super Mario Club – avoir accès à des astuces, des reviews et previews de jeux, on pouvait même y lire des blagues, consulter la météo…
Assez avant-gardiste, le Family Computer Network System était malheureusement un énième accessoire à acheter et couteux, qui proposait des services similaires à ceux qu’on avait avec un ordinateur, et faute de proposer un réel contenu comme des jeux, il n’a pas vraiment marché.

Famicom Network System

Famicom Network System
Source : Wikipédia

C’est en 1995 avec le Satellaview pour Super Famicom, sorti uniquement au Japon, que Nintendo a vraiment proposé un accessoire permettant de télécharger des jeux et de regarder des vidéos, le tout via une chaine satellite appelée St. GIGA. L’accessoire venait se brancher sous la console, et il fallait également insérer une cartouche BS-X dans laquelle on pouvait mettre une carte mémoire de 8 megabyte pour stocker les jeux téléchargés. De nombreux jeux sont sorti via ce service, on pourra notamment citer BS Zelda no Densetsu, BS Zelda no Densetsu : Inishie no Sekiban, Zelda no Densetsu : Kamigami no Triforce, BS Dragon Quest, BS F-Zero Grand Prix 1 et 2, Chrono Trigger: Jet Bike Special, ou encore Radical Dreamers dont le scénario fait un lien entre Chrono Trigger et Chrono Cross.
Sorti en 1995 au moment ou la nouvelle génération s’installait, et très couteux puisqu’il fallait compter en plus des 18000 yen de l’accessoire, le prix d’une installation satellite, le Satellaview peut-être encore un peu trop en avance n’aura pas non plus été un grand succès, les services fermeront en 2000.

Satellaview Super Famicom

La Super Famicom avec le Satellaview
Source : Wikipédia

La Megadrive de Sega avait également eu droit à des systèmes de téléchargement, le premier datant de 1990 était un adaptateur appellé Megamodem disponible au Japon, et qui proposait quelques jeux, notamment la série des Phantasy Star II: Text Adventure, et plus précisément Nei’s Adventure, que j’avais apperçut dans un Megadrive Fan à l’époque, et qui me faisait rêver en bon fan de Phantasy Star.

Megamodem

Le Megamodem branché derrière une Megadrive
Source : Wikipédia

Quelques années plus tard en 1994, un nouveau système sortira en occident cette fois, appellé SegaChannel. Proposé aux USA, au Canada, en Argentine, au Royaume-Uni, au Chilie, et en Australie, ce service proposait des jeux qui existaient parfois en cartouche mais pas forcément sortie dans tous les pays, dans des versions différentes ou avec des éléments supprimés à cause des limitations du système. Le service a rencontré son public assez rapidement aux USA, mais ça n’a pas duré, en effet, en 1994 la Megadrive (appelée Genesis en Amérique du nord) avait déjà 5 ans, et c’est cette même année qu’à été annoncé la Saturn, puis la Playstation.
Le projet SegaChannel a tout de même duré presque 4 ans, puisqu’il a été fermé en 1998 un peu avant que ne sorte la Dreamcast.

SegaChannel

La cartouche SegaChannel General Instrument
Source : blamethecontrolpad.com

J’arrêterais là ce qui finirait presque par ressembler à un cours d’histoire, je n’ai pas évoqué les micro ordinateurs volontairement pour ne parler que des consoles, et je me suis arrêté avec la génération 16bits, mais on peut quand même voir que le téléchargement de jeu, ça ne date pas d’hier, et que ce soit par le câble téléphonique, par le câble antenne, ou même par satellite, les constructeurs ont presque tous essayé de nous proposer des systèmes de téléchargement.

Share Button

2 réflexions au sujet de « Jeux et contenus téléchargeables : La grande dématérialisation ! »

  1. Sacré gros article mais putain ce que c’est bon ! Rien que le travail de recherche et de documentation sur le sujet force le respect. La partie historique c’est totalement obscur pour moi, je connais aucune machine, je vais pouvoir me la péter en soirée en disant que la démat’ ça remonte à loin, bam !
    Maintenant, par contre, tu demandes à ta femme de te servir une petite verveine et de t’apporter tes pantoufles. Faut te reposer vieux, c’est pas bon le surmenage, surtout en plein hiver, tu vas t’abîmer les phalanges.

    Chapeau l’artiste.

  2. Ping : Jeux et contenus téléchargeables : La grande dématérialisation ! « Bad Neighbor – Clan PvP

Laisser un commentaire