Boulder Dash, un jeu moderne de 1984

J’ai joué à Boulder Dash des heures et des heures sur Amstrad CPC 6128. Un petit bonhomme qui à mes yeux ressemblait à un extra-terrestre se frayait un passage dans des niveaux afin d’y collecter des diamants, tout en évitant les pièges formés par la présence de rochers instables et d’ennemis aux couleurs… limitées par la machine, mais bien visibles.

Sur cette machine, c’est probablement le jeu auquel nous avons le plus joué, en famille, chacun son tour, décortiquant les meilleurs mouvements pour se sortir des situations périlleuses de chaque niveau de ce puzzle game. Car Boulder Dash est un puzzle game avant tout, mélangé d’un peu d’appel aux réflexes du joueur pour certaines résolutions.

Le jeu débute sur un écran de titre avec une musique qui est toujours gravée dans ma mémoire. Et probablement pas que la mienne. Si ce n’est pas la musique de jeux vidéo la plus emblématique ou tout cas pas la plus connue de cette époque, elle a son lot de reprises et remixes. L’écran de titre fait aussi office de sélection des niveaux. Mais pas de tous. Les niveaux sont séparés en ensembles, et le menu ne donne accès qu’au premier niveau de chaque ensemble. Dans un premier temps, on essaie donc de réussir indépendamment chaque ensemble pour, une fois le jeu complètement maîtrisé, tenter la réussite de bout en bout.

Une fois la partie lancée, le niveau se révèle case par case puis le silence se fait. À présent, seul les bruitages du mouvement du personnage, la récupération des diamants et la chute des rochers ponctueront les niveaux. Il faut pouvoir se concentrer. C’est que ce n’est pas tout de comprendre la méthode, le cheminement, pour collecter le nombre minimal de diamants permettant l’ouverture de la sortie, il faut aussi maîtriser les mouvements du bonhomme. Et ces mouvements constituent le seul élément aléatoire de ce jeu sinon entièrement déterministe.

En effet, à chaque fois qu’une direction est donnée, de préférence au clavier car le timing est essentiel, le personnage va se déplacer vers la case voisine indiquée en un temps… aléatoire. La variance entre les temps est faible, mais donne un certain niveau de stress lorsque le niveau demande d’aller sur une case précise mais surtout pas la suivante ! Ce coquin peut en effet, aléatoirement, tout à fait enchaîner un déplacement lent, qui tendra à faire laisser le doigt du joueur un peu trop longtemps sur la touche, et un déplacement très court, provoquant le mouvement de trop.

Le reste, comme je l’ai dit, est parfaitement déterministe. La chute des éléments mobiles, rochers et diamants, se fait toujours de la même manière et toujours selon le même timing. Les entités mobiles, que l’on pourrait appeler ennemis car leur collision est fatale, ont des mouvements connues une fois observés.

Et ces éléments de gameplay, ces situations de chutes, sont parfaitement bien dosés. En termes modernes, on parlerait d’ingrédients de gameplay. Le level design, lui, pioche dans ces ingrédients pour les amener petit à petit, dans une progression bien dosées, à l’attention du joueur. Les premiers niveaux présentent des situations simples, puis chaque niveau apporte sa petite touche supplémentaire : limitations de l’espace de déplacement, ennemis qui bougent, ennemis qui gardent les diamants, ennemis qui génèrent les diamants, rochers bien arrimés, rochers piège qui ferment le chemin du retour, rochers provoquant des éboulements sans fin,…

J’ai récemment vu un remake de Boulder Dash, avec un rendu 3D précalculé digne des années 2000 qui n’avait apparemment par fait l’effort de l’exercice de lecture du jeu original, de la compréhension de son design qui le rend si intéressant et qui en faisait finalement un jeu moins maîtrisé que l’original. Le tout avec une musique qui n’égalait pas l’original.

Dans ce que l’on appelle le retrogaming, Boulder Dash fait pour moi office d’une pépite. Un jeu à la difficulté maîtrisée, prenant et qui plus est, techniquement bien réalisé. Si vous en avez l’occasion, je vous conseille d’y (re)jouer !

boulder-dash-low

Share Button

Une réflexion au sujet de « Boulder Dash, un jeu moderne de 1984 »

  1. Ce côté aléatoire sur la vitesse de déplacement était volontaire ? J’ai toujours pensé que c’était des sortes de petits ralentissements ! J’y ai joué sur C64 et MSX et effectivement, c’est un jeu marquant et toujours aussi agréable à jouer.

Laisser un commentaire