Bâtisseurs et spectateurs

Mes premières expériences de jeu en réseau remontent à une époque de terminaux
texte, avec des MUD (Multi User Dungeon). Ces jeux, hérités des aventures
textuelles, ajoutaient une composante multi joueur, dans laquelle il était
possible de croiser d’autres joueurs et d’interagir.

Exploration, découverte, combat, énigmes,… C’était sympa. Il me manquait
cependant une composante : pouvoir agir sur le monde. L’étudiant qui m’avait
fait découvrir les MUDs, lui, était opérateur d’un de ces jeux et pouvait donc
modifier, changer les règles, ajouter des morceaux. Créer.

Cette partie me manquait cruellement et j’ai donc commencé la programmation
réseau, avec plus ou moins de succès, à ce moment là. Les mondes proposés me
semblaient trop statiques.

Un peu plus tard, une composante graphique a été jouée. Crossfire, en vue de
dessus, m’a occupé un bon moment. Son principal soucis était la stabilité de
ses serveurs, démarrés par-ci par-là par des universitaires. Les mêmes
composantes y étaient : exploration, découverte, combat, énigmes,… Il était
possible d’éditer le monde lorsqu’on était administrateur. Mais pas en tant
que joueur.

C’est là que je me suis essayé à la construction de parties du monde, ancêtre
de ce que l’on nommerait MOD à présent.

L’immersion, avec son affichage graphique, était meilleure qu’avec le MUD,
mais permettait moins de fantaisie (il y a des choses qui s’écrivent et ne se
dessinent pas).

Le jeu d’aventure en réseau s’est mis en pause pour moi après cela. L’arrivée
de Doom a réveillé le jeu à plusieurs, mais cela restait du local, il n’y
avait plus cette dimension MMO à une époque où le terme n’existait pas.

C’est avec Everquest que je me suis replongé dans un monde fantasy en réseau.
Le terme MMO est apparu, désignant pour moi quelque chose qui existait déjà,
avec cependant une nouveauté : des serveurs stables, et, avec la popularité
grandissante d’Internet, des joueurs plus variés et nombreux.

Le manque constant

Et encore une fois, après avec exploré, découvert, rencontré quelques joueurs,
j’ai constaté que le monde ne bougeait pas. Des factions de joueurs se sont
montées, sur ce jeu comme les autres, pour faire du RP (Roleplay) et
d’inventer des histoires dans l’histoire. Mais dans un monde parfaitement
immobile, difficile d’amener un semblant de vie.

À partir de là, j’ai regardé les MMOs et les jeux en lignes en général d’assez
loin. Demandant un investissement en temps considérable pour pallier à
l’immobilité du concept, et surtout, n’offrant au joueur aucun moyen
d’influer sur le monde. À part peut-être pour quelques joueurs très influents.

J’ai bien entendu vu passer EVE Online, dont les concepts novateurs étaient
attirant, en plus d’offrir une vraie possibilité d’influence et un monde
vivant. Cependant, après quelques discussions, j’ai compris que là encore, à
mois d’un investissement considérable en temps, il était impossible d’y jouer.

Creuser, construire

Un jour, j’ai découvert Minecraft. Dans une version du début. On ne me l’a pas
vraiment présenté, j’ai du voir ça au détour d’une annonce sur un site. Je
l’ai lancé, j’ai vu des trucs construits, la nuit est tombé, je suis mort.
Bref, une première partie de Minecraft standard lorsque personne n’explique le
jeu.

J’ai mis un peu de temps, en revenant de temps en temps au jeu, avant de
comprendre que ce jeu avait exactement ce qui me manquait dans tous les jeux
d’aventures en ligne auxquels j’avais joué précédemment : la possibilité de
modifier le jeu en tant que simple joueur.

Suivant les serveurs, les règles changent. Certains ferment les modifications
pour offrir un clone d’un autre jeu ; Minecraft en temps que plateforme permet
aussi cela. D’autres laissent complètement ouverts, mais comprennent
rapidement que certains joueurs prennent leur plaisir à gâcher celui des
autres.

Et puis certains serveurs trouvent un équilibre et offrent quelques règles et
laissent les joueurs créer ce qu’ils ont envie. Un peu comme dans un jeu de
rôle qui offre un monde et quelque règles puis laissent les joueurs agirent et
prenant les responsabilités de leurs actions.

Construire...

Construire…

Aventures spontanées

Exploration du monde, découvertes d’endroits (construits par le serveur ou par
les joueurs), combats, énigmes, interactions entre joueurs, entre aide ou
confrontations. Les caractéristiques d’un MMO sont là.

Mais Minecraft y ajoute selon moi le sel essentiel à une expérience vivante :
la possibilité d’intervenir sur le monde, de la modifier, d’avoir une vraie
influence.

Et ainsi de bâtir son expérience, plutôt que d’être spectateur d’une
expérience décidée.

Share Button

Laisser un commentaire